L’AMAP, solidarité et budget maitrisé

Tous les mercredis, entre 18h30 et 19h30, on passe à l’AMAP avant d’aller dîner chez mes beaux-parents. On y prend notre panier de légumes ou nos oeufs, on discute avec le maraîcher, les enfants chahutent un peu pendant ce temps… Il y a toujours des touristes de passage qui veulent acheter un kilo de tomates. Il faut leur expliquer que ce n’est pas un marché, mais une AMAP ! Ben oui, au fait, c’est quoi une AMAP ?

Les initiales, AMAP, signifient Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne. Son grand principe de base est le lien direct entre le paysan et le consommateur. Il existe aujourd’hui des centaines d’AMAP en France, regroupées au sein d’un réseau national, lien ici : www.reseau-amap.org.  Chaque AMAP est une association, dont les représentants, élus par les autres adhérents, s’occupent de l’organisation et de la gestion de l’AMAP.

En adhérant à une AMAP, le consommateur et le producteur prennent un engagement réciproque, qui se matérialise par contrat, généralement d’une durée de 6 mois ( parfois, les producteurs prennent une petite pause méritée entre deux !). Cette notion d’engagement est essentielle. Elle permet au paysan de s’assurer de la vente de sa production, sans risque de pertes. Elle lui permet aussi de disposer d’une trésorerie puisque le paiement est fait d’avance (même si on peut payer en plusieurs fois bien sûr !). Côté consommateur comme côté producteur, la vente directe, sans intermédiaire, garantit un prix juste pour chacun.

En  fonction de la taille de l’AMAP, la variété des produits proposés est plus ou moins large. Contrairement aux idées reçues, on n’y trouve pas que des légumes ! Dans la plupart des cas, les produits sont bio ou en cours de conversion, et toujours issus de petites exploitations dites « familiales » et locales.

Pour que ce soit plus concret voici les contrats que nous avons à l’AMAP, et leur prix. :

  • Légumes : 10,50 € le panier, avec 20 livraisons. Pour avoir une idée du contenu, je vous invite à regarder mon Instagram, sur lequel je publie le panier chaque semaine !
  • Pain : nous prenons un pains noix-raisin à 3,80 €, mais il existe plein d’autres choix à différents prix, avec 23 livraisons.
  • Oeufs : la boîte de 6 est 1,75 €. Nous en prenons 12, avec 26 livraisons par contrat.
  • Yaourts : nous prenons 12 pots de yaourts une semaine sur deux, avec un budget d’environ 5 euros. Un petit panaché de yaourts nature, vanille et citron. Le même producteur propose du lait frais, du fromage blanc…
  • Bière : une fois par mois, nous prenons 6 bières (blanche, ambrée, blonde…) à 2,25 € les 33cl.
  • Poulet : un poulet par mois, d’environ 1,7 kilo à 9 € le kilo.

L’AMAP propose aussi du vin (AOC Irouléguy), du miel, des fromages (chèvre, vache ou brebis…), d’autres viandes, etc.

C’est un système qui nous permet d’accéder à des produits de qualité incomparable à un prix vraiment intéressant. Grâce à l’AMAP, plus besoin d’aller faire les courses chaque semaine, et le budget est beaucoup mieux contrôlé ! Le fait d’y aller chaque semaine avec les enfants et d’échanger avec les paysans est enrichissant. En plus, tout est au même endroit à la même heure, pas besoin de courir à droite et à gauche.

Le principe de l’engagement peut ne pas convenir à tous, surtout si on part régulièrement en voyage, si on a peur de ne pas aimer certaines choses (c’est particulièrement vrai pour les légumes, qui changent avec les saisons) ou de se lasser. Mais c’est aussi grâce à cet engagement que l’AMAP permet une vraie solidarité avec le producteur. Il y a quelques années, au début de l’été, notre maraîcher a été victime d’une énorme inondation. Il a perdu les 3/4 de sa production. Grâce à l’avance de trésorerie qu’il avait grâce à l’Amap, il a pu réparer les dégâts matériels sans attendre les indemnités des assurances. Au sein de l’association, il a été décidé que le contrat serait décalé, le temps qu’il puisse tout remettre sur pied. Là où n’importe quelle petite exploitation aurait été en péril, il a pu reprendre son activité sereinement.

Les alternatives à l’AMAP :
Il en existe évidemment plusieurs. A mon sens, cette dimension solidaire y est moins présente, mais elles ont l’avantage d’avoir un mode de fonctionnement plus souple.

  • Le panier chez le producteur : pas mal de maraîchers proposent des paniers hebdomadaires.
  • Colis de viande en vente directe chez l’éleveur (il faut prévoir de la place dans le congélateur !)
  • La ruche qui dit oui : j’avoue que je connais peu le système, dont la philosophie est assez différente des Amap, puisqu’on n’est pas sur une association de bénévoles, mais sur une start’up. Infos ici : laruchequiditoui.fr

Et chez vous, adhérerez-vous à une AMAP, ou un autre système du même genre ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s